Concert « Florilège baroque », Jeudi 19 juillet 2018, 20h

Concert de musique baroque le jeudi 19 juillet 2018, à 20h, avec Jean-Michel Fumas (contre-ténor), Elisabeth Joyé  (clavecin), Augustin d’Arco (flûtes à bec).

 

« En passant par Leipzig » (florilège baroque), œuvres de Bach, Telemann, Haendel, Purcell.

Entrée 10 Euros, gratuit moins de 18 ans.

Concert organisé au profit de la restauration du couvent, en partenariat avec le festival Altaleghje.

Renseignements: contact@couvent-saint-francois.org (courriel), 06 44 03 45 98 ou 06 78 10 92 23 (tél.)

Programme

  • Georg Philipp Telemann (1681-1767), Cantate « Durchsuche dich »
  • Johann Caspar Ferdinand Fischer (1656-1746), Harpeggio de la suite Polymnia

  • Georg Frederich Haendel (1685-1759),  Aria « Then Long Eternity » de l’oratorio Samson

  • Henry Purcell (1659-1695), Air « The Plaint » tiré de Fairy Queen
  • Arcangello Corelli (1653-1713), Sonate 4 de l’opus 5

  • Johann Sebastian Bach (1685-1750), Aria « Kein Arzt ist ausser dir » tiré de la cantate BWV 103

  • Georg Philipp Telemann,  Cantate « Erquicktes Herz »

Musiciens

Jean-Michel Fumas, contre-ténor

Diplômé du CNSM de Lyon, Jean-Michel Fumas a débuté en pratiquant la polyphonie de la Renaissance et de l’âge baroque avec les principaux ensembles de musique ancienne : la Fenice, Il Seminario Musicale, A Sei Voci, Le Poème Harmonique … On l’entend à présent comme soliste dans les œuvres majeures de Bach, Haendel, Vivaldi, et Mozart mais aussi Britten, Frank Martin, Leonard Bernstein, sous la direction de Fabio Bondi, Jean-Claude Malgoire, Hugo Reyne, Jean-Christophe Spinosi, Hervé Niquet, Bob Van Asperen, Michel Corboz… Parmi ses rôles dans le répertoire lyrique, le rôle-titre d’Orphée et Eurydice de Gluck avec l’Orchestre de Chambre de Genève, Arsamene dans Serse de Haendel sous la direction de Wolfgang Katschner, Medoro dans Orlando de Haendel à l’Atelier Lyrique de Tourcoing avec Jean-Claude Malgoire, avec qui il participe à la Petite Messe solennelle de Rossini. Avec la Lautten Compagney de Berlin, il a chanté le rôle de Goffredo de Rinaldo de Haendel au festival Haendel de Halle et au festival de Rheingau. Ces dernières saisons ont été consacrées à l’oratorio : Samson, le Dixit Dominus ou le Messie de Haëndel, et la Messe en si, la Passion selon Saint-Jean de Bach qu’il a données avec l’Ensemble Vocal de Lausanne.

Elisabeth Joyé, clavecin

On a coutume, en parlant d’elle, de souligner sa discrétion en ajoutant immédiatement qu’elle est « essentielle ». Elle est en effet une figure majeure de l’école française de clavecin. La presse retient d’elle des interprétations d’une grande délicatesse, un art du toucher inégalé, enfin, une recherche constante de couleurs et d’expressivité. Cette science du clavier, Elisabeth Joyé l’a apprise auprès de grands noms du clavecin : Gustav Leonhardt au Conservatoire Sweelinck d’Amsterdam, Bob van Asperen au Conservatoire Royal de La Haye, Jos van Immerseel au Conservatoire Royal d’Anvers où elle est lauréate d’un Premier Prix avec « Grande distinction ».

En soliste, elle enregistre (pour Alpha, Casa) Bach et de la musique française (Jacques Duphly). Tant au disque qu’en musique de chambre, elle aborde un répertoire très varié (Blow,Teleman, Couperin, Gaultier de Marseille) avec Gérard Lesne, Pierre Hantaï, Hugo Reyne, Sebastien Marq, Benjamin Alard, Monique Zanetti. Elle a enregistré l’an dernier, à l’orgue et au clavecin, l’oeuvre de Johann-Caspar- Ferdinand FISCHER, une musique aux croisements de l’esthétique française et allemande.

Elle est aussi une continuiste, très appréciée (avec les Musiciens du Louvre, la Simphonie du Marais, le Concert Spirituel, le Concert Français…) elle joue dans les plus importants festivals de France, Belgique, Canada, Espagne, Estonie, Italie ou Mexique et participe à plus d’une trentaine d’enregistrements.

Enfin, Elisabeth Joyé est une pédagogue très recherchée. Elle enseigne au Conservatoire du VIIème arrondissement de Paris, ainsi que dans des master-classes en France et à l’étranger.

Augustin d’Arco, flûtes

Augustin D’Arco débute l’apprentissage de la flûte à bec à Hérouville-Saint-Clair auprès de Jean-Marie Ségrétier. Avec lui, il participe aux « bistrots baroques » et à plusieurs concerts organisés par l’association pour le rayonnement de la musique ancienne en Basse-Normandie. Il poursuit ses études musicales à Paris où il suit l’enseignement de Sébastien Marq en flûte à bec, ainsi que celui d’Elisabeth Joyé en musique de chambre. Il y obtient son DEM à l’unanimité en 2016. Lors de stages et projets, il bénéficie des conseils de Sébastien Daucé , Olivier Schneebeli, Jérémie Papasergio, Aurélien Delage, et il a l’occasion de jouer à l’hôtel de Soubise, à la chapelle royale du château de Versailles.

En 2017, Augustin est admis au CNSMD de Lyon dans la classe de Pierre Hamon, où il poursuit actuellement ses études.